Cet article vous plait ? partager-le !

Lisez en : 6 minutes et 36 secondes

En prélude, j’aimerais que vous reteniez que rien n’a été fait par hasard, c’est Dieu qui a tout prévu et il le fait encore malgré certaines difficultés que je rencontre.

Aujourd’hui je suis consultant SEO dans une agence web que je nomme DigiCreative. Aujourd’hui je conçois des stratégies pour positionner des sites web afin qu’ils apparaissent dans les premiers résultats de recherche via le géant moteur de recherche Google. J’optimise des campagnes publicitaires pour apporter des prospects, voire même des clients fidèles sur un site web.

Commençons par le commencement d’abord

marketing-digital-reconversion-web-2-0-lekingnzima-net

Je ne suis qu’un autodidacte (et j’en suis fier) dans le web qui s’est formé à travers des formations achetées via le web, tutoriels, livres blancs, articles de blogs…etc. Et s’est perfectionné au fur et à mesure que les mois et années s’égrainaient. Je ne savais pas que j’allais en arriver là. Je ne savais pas que le numérique était un domaine dans lequel j’allais évoluer. La seule chose que j’avais su est que je me suis surpris en train de faire une reconversion 2.0.

Je vais commencer ces lignes par des mots plus simples, plus tranquille et plus précis pour que vous puissiez me lire et me comprendre. Je veux commencer en vous disant aussi qu’il serait important que vous lisiez cet article jusqu’à la fin.

Ce n’est pas une autobiographie, ce n’est pas les conseils venant d’un coach, d’un ” motivateur”, d’un expert dans un domaine, toutefois c’est une expérience que vous serez peut-être un jour à mesure de le faire si vous le voulez. Vous allez le faire, pas parce que c’est une obligation, mais peut-être parce que vous voudriez tenter l’expérience aussi vous-même.

Pourquoi j’ai choisi le domaine du marketing digital ?

Aujourd’hui le marketing digital est un domaine en pleine effervescence. Le domaine du marketing digital est devenu tellement sur-coté de nos jours que certains personnes se demandent comment est-ce que ce domaine a pu échelonner les étapes jusqu’en arriver à ce niveau ? Moi aussi je tente de répondre à cette question tous les jours. J’ai choisi le domaine du marketing digital parce que ce domaine tout d’abord c’est le futur, ensuite parce qu’il y a au fond de moi une passion pour le marketing, la communication en générale et enfin parce qu’il y a au sein de ce domaine une concurrence et l’expertise que je recherche.

Alors, comment tout est parti ? Comment je suis arrivé à ce stade des choses ? Comment les choses ont évolué pour moi ? Qu’est ce qui me motivait de plus en plus ?

Un choix déterminé par mon parcours de ”combattant”

Il y a cinq ans auparavant j’étais un simple étudiant qui voulait continuer ces études afin de pourvoir travailler et subvenir à ses besoins. J’ai été celui qui voulait tout faire. Lorsque j’eus mon BAC A2, j’attendais les résultats d’orientation pour voir dans quelle filière j’allais continuer. Je savais que j’étais condamné à être dans une filière ou la littérature serait à 80 % et les sciences à 20 % surement. Les vacances commençaient et j’étais déjà prêt à affronter le monde universitaire. J’eus un sentiment d’indifférence qui m’animait, parce que pour moi, c’est juste les études encore qui continuait et qu’il ne fallait pas se dire que tout était gagné.

Les vacances passèrent et le verdict était déjà tombé, j’ai été orienté dans une filière dont je ne rêvais pas, mais bon ! Qu’est-ce que je pouvais faire ? Si ce n’est que resté là à bouder en silence… bref !

Les ressources humaines et communication, c’est la filière que j’ai fait. Lorsque j’ai commencé les cours, les professeurs comme toujours se sont mis à nous faire peur, comme quoi le brevet de technicien supérieur en Ressources Humaines et Communication sont destinés seulement aux bosseurs et non aux paresseux comme nous (parce que mine de rien, je m’amusais assez). Les professeurs étaient pour nous nos mentors, nos enseignants et même de temps à autre nos bourreaux.

Qui n’a jamais reçu de pique venant de ces professeurs ?  Je pense que tout le monde a été au moins victimes une fois dans sa vie des piques venant de ses professeurs. C’est comme ça tout le temps, afin de nous faire prendre conscience de notre avenir. C’est leurs manières de nous motiver je crois.

L’année passait et j’étais déjà admis au niveau supérieur. C’est-à-dire en deuxième année de ressources humaines et communication.

Cette année-là, je vous assure que je m’efforçais à étudier. Je n’étais pas focus sur mes devoirs car, pour moi c’était seulement parce qu’on m’avait orienté dans la filière en question et que je devais faire mon possible pour avoir une bonne moyenne et être admis en ayant mon diplôme en main.

C’est cette année aussi que tout a commencé, ma reconversion 2.0 était en marche. Je me suis dit que si je devais étudier mes cours et faire autre chose qui me passionnait, j’allais être motivé. Alors, Je me suis mis au travail.

Les mois passaient et on était déjà en février 2015. J’étais vraiment concentré jusqu’au jour où nous avons (moi et mes amis) eu une idée de créer un mouvement dont le but a été la conception d’un label événementiel pour la valorisation de notre culture.

Ce label c’était : ”AFRICA INNOVATION”. Je ne sais pas si notre page Facebook existe encore mais, vous pouvez déjà à travers le nom, avoir une idée de ce que ça pouvait être comme structure événementielle.

marketing-digital-reconversion-web-2-0-lekingnzima-net-Africa-innovation

On commençait déjà à gagner nos premiers marchés à travers les écoles mais c’était déjà compliqué vu qu’on n’était pas tout le temps disponible pour pouvoir satisfaire notre clientèle. Des personnes commençaient à avoir de l’estime pour nous parce qu’on faisait une promotion de notre activité en utilisant les réseaux sociaux, le bouche à oreille…etc.

Tous ces événements se sont passés tellement vite que j’ai oublié que je devrais passer un examen en fin d’année. Les amis de l’école m’appelaient à chaque fois lorsqu’on nous donnait un devoir, un travail de recherche à rendre, parce que je me faisais tellement rare à l’école qu’on croyait que j’avais voyagé. Je vous rappelle qu’on était au mois de mai, ce qui veut dire qu’on était déjà à la fin des cours et au début des préparations pour le brevet de technicien supérieur en RHCOM.

Les jours passaient et je suis devenu accros aux évènements qu’on organisait. Et tout d’un coup ! Un jour nous avons reçu une offre concernant notre activité qui continuait à prendre forme au fur et à mesure… Cette offre nous est venue d’une radio de proximité,

Buvons un peu d’eau et continuons… (Rires)

Avant d’arriver à cette histoire de radio, je vous raconte en quelques lignes rapides comment la radio nous a repérées ?

On a été tout le temps débordant de créativité durant nos événements et c’est comme ça, un jour un oncle qui vit à Paris, contacta mon collaborateur de toujours (Franck Hermann INCHAUD) et lui propose de nous recommander à Monsieur Sydney Karam’s, un bibliothécaire à Treichville (je ne sais pas si elle existe encore) afin de collaborer avec sa bibliothèque dans nos activités qui sont ludiques et instructifs pour notre génération à venir.

Alors, c’est ainsi que notre collaboration a commencé jusqu’au jour ou Monsieur Sydney Karam’s (c’est le nom du propriétaire de la bibliothèque) nous invite à participer à une émission radio (notre premier ”gaou” qui signifie en langue française notre ”première fois”) en apportant notre touche culturelle.

C’est comme ça que tout est parti !

une belle aventure qu’on n’oubliera jamais

marketing-digital-reconversion-web-2-0-lekingnzima-net

Revenons à nos moutons, l’offre de la radio étant fait, nous devons créer une émission en vue de continuer à faire toujours la promotion de notre culture à travers les ondes de cette radio. L’émission fut créée et elle s’appelait : WERE WERE. On partageait des astuces, des informations sur notre culture et on recevait des invités à chaque enregistrement de l’émission. Au début nous passons en différé et après c’était le direct.

Tout se passait tellement vite qu’on ne s’était pas aperçu que c’était seulement une transition afin de passer à autre chose.

Je commençais déjà à m’intéresser au web, vu que j’étais emmené à faire assez de recherches pour ma chronique que j’animais.

Entre temps, j’avais déjà passé mon brevet et le résultat a été positif.

Notre aventure pour la radio s’est arrêté en début 2016 et je me suis déjà concentré sur quelque chose d’autre qui a commencé à grandir en moi lorsque je me suis mis à faire mon stage dans une société de transport de la place (Je vais vous priver de l’histoire de cette aventure dans cette entreprise néanmoins, il y aussi ma biographie que vous pouvez lire pour en savoir plus).

Le web a commencé à me plaire, me faire la cour. Je me suis mis à partir aux différents événements 2.0 (Eh oui ! c’est comme ça qu’on commence) où je faisais de nombreuses rencontres des personnes qui vivaient des retombés du web et cela m’encourageait à chaque fois que je rencontrais ce type de personnes. Les conférences, panels, salons et autres sont les lieux que j’avais commencé à fréquenter pour plus me plonger dans l’univers du marketing digital. Ce pourquoi j’aime bien cette citation de Brian Solis, Digital Analyste qui est devenu mon leitmotiv de tous les jours et un peu comme un slogan. Il a dit :

La seule façon de comprendre une nouvelle culture et de nouveaux comportement est de devenir natif. Devenir natif est un processus d’observation, d’apprentissage, d’approfondissement pratiqué tel un anthropologiste, impliqué directement sur le terrain et en participant étroitement avec ses hôtes à leurs cultures.

En milieu d’année, c’est-à-dire en juin 2016, je me suis décidé et j’ai lancé mon blog. J’ai commencé par un blog en sous-domaine. Malheureusement j’ai rencontré en cours de route le problème de la monétisation, la notoriété du blog…etc.

L’idée de monétiser avec mon blog a été un véritable blocage pour moi. J’ai commencé à faire des recherches là-dessus, j’ai commencé à fouiller partout et c’est comme ça que je suis tombé sur l’univers complet qui composait le marketing digital.

J’ai été surpris de voir qu’il y avait des experts dans la matière, des personnes pointues dans le domaine. Les livres blancs et autres m’ont ouvert les yeux. Entre mes recherches, j’ai vu aussi des entrepreneurs du web, des personnes qui investissent des millions dans le web, dans la promotion de leur produit ou services. Cette aventure de recherches et d’approfondissement dans le web marketing me conduit directement sur la notion de référencement, publicité via internet, growth hacking,email marketing…etc que je ne suis pas prêt d’arrêter à vrai dire. Mais une chose est sûre, elle fera des heureux en Afrique dans les prochaines années qui viennent car, comme tout le monde le dit :

l’Afrique c’est l’eldorado futur du numérique.

Cet article vous plait ? partager-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *